samedi 11 novembre 2017

"Auteur, autrice ou auteure ?", asked the Authoress



Femme-auteur, auteur, autrice ou auteure ? La question se pose depuis fort longtemps…

Plusieurs points de vue s’opposent, et on peut les résumer ainsi :

1 - On peut arguer, comme le fait l'Académie française, que le masculin vaut neutre en français : un auteur, dans le sens général du terme, peut être du sexe féminin.
… et qu’aller occuper un domaine prétendument masculin, pour une femme, c’est également un moyen d’affirmer l’égalité. Et une belle  et JUSTE revendication. (Je ne pense pas que Marguerite Yourcenar, cet immense auteur, se soit posée la question...)
Personnellement, je penche plutôt pour cette option...

Quant à « unE auteur », le mot étant masculin, c’est une faute grammaticale.


2 - Le terme « autrice », refusé par l’Académie française, a parfois été usité à la fin du XVIIIe siècle, et bien davantage avec la Révolution française. Ne pourrait-on pas le faire enfin homologuer par nos « habits verts »  ?

En témoigne cette note fort instructive de Neue französische Grammatik, publié en 1797.


Neue französische Grammatik 1797 "autrice"


Ou encore, bien plus rare utilisation, celle d’un chroniqueur de La Gazette des théâtres : journal des comédiens du 18 février 1836 :

Gazette des Théâtres 1836 "autrice"

Photographie © Gallica.


A ce sujet, on lira le passionnant article d’Aurore Evain : HISTOIRE D'AUTRICE, DE L'ÉPOQUE LATINE À NOS JOURS, dans SÊMÉION, Travaux de sémiologie n° 6, "Femmes et langues", février 2008, Université Paris Descartes.



3 – Le terme « auteuresse » (et même « auteure »), me semble à proscrire… Barbarisme et anglicisme vont de concert dans cet emploi.

De toute façon, sur ce blog, je suis une « écrivante ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire