samedi 14 novembre 2015

A la mémoire des Parisiens décédés le 13 novembre 2015….



Concerto pour piano en ré mineur, KV.466 (1785)
Deuxième mouvement : Romance


Robert Levin, pianoforte
Academy of Ancient Music
Christopher Hogwood, direction musicale



2 commentaires:

  1. Merci Emmanuelle pour ce témoignage émouvant, tellement approprié aux temps difficiles que nous vivons.

    Voici Mozart interprété comme il doit l'être de nos jours avec un pianoforte, et pas avec un monstrueux piano moderne, accompagné par un petit orchestre (celui de Haydn à Eszterhàza comprenait une quinzaine d'instrumentistes) composé d'instruments anciens (ou copies d'ancien). On notera que les bois sont parfaitement audibles dans un tel contexte et pour une fois pas étouffés par un gigantesque orchestre avec cinq contrebasses minimum comme c'est le cas dans les enregistrements du passé. On constate aussi que les tempi sont allants (normal pour un andante!).
    Bravo à Robert Levine, au regretté Christopher Hogwood et au bel orchestre qu'il dirige.

    RépondreSupprimer
  2. Merci, Pierre... La musique de Mozart m'a toujours parue comme étant l'essence de la l'humain et de la culture.
    Les enregistrements des concerti pour clavier de Mozart par Robert Levin (un pur génie de l'interprétation !) et Christopher Hogwood sont mes préférés... Quel dommage que Decca n'ait pas jugé bon de poursuivre ce qui aurait été une intégrale !
    J'ai eu le bonheur de pouvoir discuter avec R. Levin après l'un de ses concerts Mozart à Favart il y a près de 15 ans : ses vues et sa pratique interprétative d'improvisation sont absolument passionnantes.... Sur YouTube on trouvait certaines de ses conférences sur le sujet (en anglais), si cela vous intéresse.

    RépondreSupprimer