lundi 2 mars 2015

"He’s dead, Jim!" Leonard Nimoy (1931-2015)







Depuis l’annonce du décès de Leonard Nimoy, les hommages à l’interprète de Mr Spock (pas le pédiatre, le Vulcain !) se sont multipliés sur la Toile...

Au-delà d’une carrière centrée (de plus ou moins bon gré) autour du premier officier de l’USS Enterprise, Nimoy était apparu dans une myriade de séries, de Bonanza (1960) à Zombies of the Stratosphere (1952) (à ne pas rater....) , en passant par divers épisodes de La Quatrième Dimension, Perry Mason, Columbo et Kraft Suspense Theatre.

Mais c’est avec Paris, l’énigmatique agent de Mission Impossible qu’il tenta éradiquer son identification à Spock, sans y parvenir. Car c’est avec la série Marco Polo (1983) et le beau téléfilm A woman called Golda (1982), où apparaît une Ingrid Bergman déjà malade, qu’il parvint à prendre ses distances d’un double devenu parfois très encombrant...

Poète, mémorialiste, chanteur (!!), photographe, acteur de théâtre, il avait plusieurs cordes à son arc. Mais pour tous, Spock il est et Spock il restera dans la culture populaire et pour les geek du monde entier...


1964 : première apparition conjointe de Nimoy et William Shatner
dans Man from UNCLE (Des agents très spéciaux) (« The Project Strigas Affair »)


Contrastant idéalement avec l’expansif et bon vivant Kirk (William Shatner) et le cynique et bonace McCoy (DeForest Kelley), l’intensité de sa caractérisation aura contribué à faire émerger toute une culture alternative dont il est devenu l’emblème et le prisonnier.

Illogique, n’est-ce pas ?



« Star Trek », la géniale parodie des Inconnus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire