lundi 10 novembre 2014

Lully - Amadis (Rousset, CD 2014)




Tout autant – et même davantage – que le Roland furieux et La Jérusalem délivrée, Amadis de Gaule a joui d’une grande fortune artistique. Cervantès n'y voyait-t-il pas le plus grand des romans de chevalerie, le faisant lire par son Don Quichotte ? En 1540, la traduction française du roman de Montalvo (1508) par Nicolas d’Herberay des Essarts suscite un véritable engouement... Rapidement, les personnages d'Amadis se mettent hanter l'imagination de ses lecteurs... et ce, malgré les fulminations de Saint François de Salles....
Il n'est donc guère étonnant que ces figures si connues et aimées se métamorphosent en héros de tragédie lyrique ou d'opera seria, tout d'abord avec Quinault et Lully, en 1684, puis Houdar de la Motte et Destouches en 1699 (avec Amadis de Grèce). Presque un siècle plus tard, Alphonse-Denis-Marie de Vismes du Valgay adapte le livret de Quinault pour Johann Christian Bach (1779) tandis que le livret mis en musique par Haendel en 1715 tire ses racines de celui d'Houdar de la Motte….

Première tragédie rompant avec la matière mythologique, le livret marque une césure importante dans l’œuvre de Quinault qui y aborde pour la première fois le roman de chevalerie. Commande directe de Louis XIV de l’été 1683, la première représentation n'a pourtant lieu que le 16 janvier 1684, deuil royal (celui de la reine Marie-Thérèse) oblige... A partir d'une matière romanesque touffue, le librettiste n'en releva pas moins le défi haut la main, campant des personnages tourmentés, faillibles et attachants... qui participent de la séduction de sa tragédie.

« Bois épais » fut longtemps l'un des rares tubes baroque servi par les 78 tours (même Georgette Leblanc, soeur de Maurice, y alla de sa gravure !!). Mais ce n’était que le sommet émergent d'un ouvrage disparu du répertoire qu'on ne ré-entendit brièvement qu'en 1938 puis 1987 à Londres, avant que les Français ne s'en emparent de nouveau. Aussi ne peut-on que se réjouir de voir la discographie, fort maigre (il n'existe qu'une version gravée de ce chef-d’œuvre, celle d'Hugo Reyne en 2006 !), s'étoffer de cette version qui fera date.

Faisant suite au superbe concert versaillais du 5 juillet 2013, ce très beau coffret en est le couronnement. On y retrouve avec autant de plaisir une équipe de solistes soudés et attentifs aux errances émotionnelles et aux éclats de personnages hauts en couleur et qui font oublier par leur charme et leur présence ce que l'intrigue à parfois de convenu à nos yeux, tout comme un orchestre chauffé à blanc, qui sert avec fougue et subtilité les méandres du récit et l’enchevêtrement des intrigues. Christophe Rousset sait captiver l'imagination de l'auditeur et lui peindre tant les frondaisons du bois enchanté qui se mouchettent d’éclats dorés, les cachots sinistres d’Arcabonne, le rayon blafard de la grande scène de nécromancie (où l'on jubile de frissonner) que les grâces solaires des divertissements et le triomphe des héros. Les (més)aventures d'Amadis sont l'occasion pour les Talens Lyriques d'une démonstration fulgurante de leur art, tout au service de ces passions qui tourbillonnent ou s'épanchent en une fête en larmes, portées par des chanteurs-acteurs remarquables. Cyril Auvity, Amadis humain, trop humain, Judith Van Wanroij, Oriane sensible et noble, Ingrid Perruche, Arcabonne tragédienne drapée dans sa rage et sa tendresse inassouvie et Edwin Crossley-Mercer, Arcalaüs néfaste et étrangement héroïque, confèrent une âme frémissante à ces figures d'autrefois. Benoit Arnould, Florestan doux et chevaleresque et Hasnaa Bennani, Corisande pimpante, ne sont pas en reste, ni Bénédicte Tauran, Urgande attachante et Pierrick Boisseau, impressionnant Ardan-Canil. Ajoutons que le Chœur de chambre de Namur est une fois de plus, à la hauteur de sa réputation...

Emouvoir et séduire sont bien les maîtres mots de cette réalisation magistrale... qui trouve son apothéose avec une des plus belles chaconnes de Lully.
A ne pas manquer.

Enregistré les 4-6 juillet 2013 à l'Opéra royal du château de Versailles
2 CD Aparté, 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire