dimanche 31 août 2014

Les Jardins de William Christie (Thiré, Vendée)



Labellisés « Jardin remarquable » en 2004 par le Ministère de la Culture, les Jardins de William Christie sont sortis de terre ex nihilo. En 1985, quand le chef et claveciniste d’origine américaine a un coup de cœur pour cette maison de maître ‘ou « logis »), demeure et terres avoisinantes sont laissées à l’abandon.

Ce logis vendéen datant de la fin du XVIe siècle, était la métairie du château de Terre Neuve. Passée dans les mains d’Octave de Rochebrune au XIXe siècle, elle devint par la suite une ferme. Elle a été classée à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 2006.

La restauration de la maison démarre en 1986 ; l’élaboration des jardins, l’année suivante. Il ne s’agit pas ici de « reconstituer » un jardin antérieur puisqu’il n’y en eut sans doute jamais, mais d’en créer un qui s’harmonise avec la demeure et le paysage (le cours de la Salmagne, toute proche, a été respecté), tout en puisant dans les formes diverses de l’histoire des jardins…

Le jardin d’Armide ainsi créé est aussi varié que le répertoire de l’ensemble Les Arts florissants… mêlant des éléments inspirés des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles européens et américains : on retrouve ainsi au gré de la promenade, parterres à la française, bosco ou mixed-border.

Ouverts 1er au 10 juillet inclus et en septembre, les jardins sont également accessibles au public lors de Rendez-vous aux jardins.

Plan des jardins. (Cliquer sur les photos pour les agrandir)





  
 Le théâtre de verdure

 









Le cloïtre

 

















 

Le grand parterre















La terrasse

















 




 


   Le pigeonnier                            L’allée de noisetiers

 


 Le miroir d’eau








 Le verger

 

 


 Le jardin américain


Site de Thiré, Jardins de William Christie : www.jardindewilliamchristie.fr

Un ouvrage bilingue (français –anglais) présentant les jardins a été édité par les Editions du CVRH (2014), Les Jardins de William Christie. (Martine Kahane, coordination)

Photographies © E. Pesqué

2 commentaires:

  1. Ceci fait penser aux "Domaine d'Arnheim" et "Cottage Landor" de Poe, l'architecture paysagiste en miroir d'une réflexion sur l'oeuvre d'art, bien avant le structuralisme.
    On se méfie toutefois des labyrinthes végétaux, au moins depuis "Le Limier" et "Shining" (rôle encore plus déterminant des animaux en verdure chez King) !
    Et si vous ne résistâtes à "Inception" qu'une vingtaine de minutes, peut-être supporterez-vous davantage le plus sobre "Memento", traité actuellement par votre serviteur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahahah ! J'avais déjà prévu de lire ce billet, mais merci du... mémento ! ;-)
      J'avoue que j'ai fugitivement pensé à "The Draughtsman's Contract" en visitant les jardins... mais ils sont si beaux qu'on abandonne vite toute réflexion cinéphilique pour se laisser aller à la découverte !

      Supprimer