mardi 9 juillet 2013

Mr Darcy replonge dans le lac... (Pride and Prejudice, série tv 1995)



It is a Truth universally acknowledged that any woman watching the 1995 BBC version of Pride & Prejudice will swoon upon seing the lake scene.


Rejeté par Elizabeth Bennet après une demande en mariage insultante pour sa prétendue, Mr Darcy de Pemberley revient dans son domaine par une chaude journée d'été. Il a la surprise d'y trouver la jeune femme accompagnée de ses oncle et tante, qui visite tranquillement Pemberley. (Le tourisme n'est pas une invention récente...) Surprise et gêne des deux intéressés... et début de reconquête de la jeune femme par le propriétaire terrien fortuné, objet de toutes les convoitises... avec happy end au bout du roman.

Dans l'adaptation faite en 1995 par la BBC de Pride and Prejudice (Orgueil et Préjugés), le premier roman publié de Jane Austen (et l'un des romans les plus aimés de son auteur), Mr Darcy décide de faire trempette dans le lac de son parc avant de se diriger d'un bon pas vers sa demeure.
Cette scène apocryphe (elle est totalement absente du roman !), devenue emblématique de cette mini série télé, fut à l'origine d'une Darcymania foudroyante chez la population féminine entre 7 et 77 ans, et colla à la peau du malheureux acteur, Colin Firth qui eut bien du mal à s'en dépêtrer.


La ''scène du lac''

Il faut dire qu'Andrew Davies, le scénariste à l'origine de cette scène culte, se tailla rapidement la réputation de « sexualiser » les classiques littéraires qu'il adaptait. Il s'en défendit mollement, considérant qu'il ne faisait que révéler les sous-textes du roman, puisque libéré des contraintes littéraires du temps.

Cette scène pouvait d'autant moins se trouver dans l'original d'Austen que l'écrivain se positionne souvent  du point de vue féminin, ou du moins, nourrit sa plume de son expérience vécue. Une partie de la tension dramatique de son ouvrage provient d'un point de vue faussé du narrateur : jamais on n'y apprend ou voit  ce qu'Elizabeth Bennet, le pivot de l'action, ignore. Darcy est donc une figure assez obscure, dont on ne perçoit que de brefs aperçus, dans un contexte mondain, biaisé par les préventions de l'héroïne. Ses actions et bienfaits ne seront dévoilés qu'à la toute fin, illustrant la fausseté des ''premières impressions » le premier titre de l'ouvrage.

Cette narration indirecte est renversée dans le feuilleton.  En effet, le scénario rompt l'effet de surprise (pour ceux, sans doute assez rares, qui n'ont pas lu le roman) et nous fait suivre quasiment en direct les actions et sentiments de Darcy. Le personnage masculin y gagne une densité et une omniprésence, sans doute agréables pour les fans de Darcy, mais qui se fait au détriment du personnage. Alors qu'il est présenté comme arrogant, désagréable, hautain et pète-sec, cette présence accentuée à l'écran (dont une scène de bain en contre plongée qui fait miroir à la scène où Elizabeth regarde le portrait du propriétaire des lieux dans la grande gallerie de Pemberley) lui confère une aura plus adaptée à un personnage des soeurs Brontë. Or Mr Darcy n'est pas Mr Rochester.... et lui donner une aura ''romantique'' est une perversion du personnage que sa créatrice aurait certainement brocardée.

Colin Firth se retrouva donc propulsé au rang de sex symbol de Costume Drama, contribuant à lancer une vogue d'adaptations, bien pratiques pour les écoliers paresseux, mais qui affadit grandement la prose ironique, parfois violente dans sa critique sociale de la romancière.
L'ironie de l'affaire tient au fait que Colin Firth n'avait pas lu le roman, rechignait à lire les scènes dans lesquelles il n'apparaissait pas, et qu'à la nouvelle de son audition réussie, une de ses meilleures amies se récria, considérant qu'il n'était pas assez séduisant pour le rôle !

L'acteur eut néanmoins la constance de se moquer de ce personnage encombrant dans les deux films adaptés des romans d'Helen Fielding, les chroniques de Bridget Jones. (Son personnage, Mark Darcy, est une exagération totale du personnage austenien, et la Bridget Jones littéraire est une fanatique du feuilleton, fantasmant bien évidemement sur la « scène du lac ». Dans le second roman, qui détourne plaisamment le Persuasion d'Austen, elle fait même subir une interview assez hilarante au malheureux Firth, qui ne tourne qu'autour de la fameuse scène...)


Interview de Colin Firth par Bridget Jones.


Le fameux plongeon fait même l'objet d'un détournement assez savoureux dans une série télé, Lost in Austen, dans laquelle la jeune Amanda passe à travers le miroir et prend la place d'Elizabeth Bennet, avec des conséquences assez étonnantes, bouleversant totalement la narration du roman par ses interventions intempestives...





Cette scène iconique est désormais visible en 3D.

Une statue en fibre de verre de 3, 7 m de haut a été installée dans la pièce d'eau principale de Hyde Park par Drama, une nouvelle chaine de télévision britannique consacrée à la production locale. Elle restera in situ jusqu'en février, effectuera un périple dans divers lacs anglais avant de terminer son plongeon à Lyme Park, où a été ''filmé'' la scène.(Parce qu'en fait, Colin Firth, n'a pas vraiment plongé, lui...)







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire